• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La démocratie représentative battue aux urnes

La démocratie représentative battue aux urnes

LA DEMOCRATIE REPRÉSENTATIVE BATTUE AUX URNES

Une abstention à 57% n'a qu'une signification possible : le citoyen ne croit plus que mettre son bulletin dans l'urne va changer sa vie. C'est le rejet de la democratie que nous avons comme comme moyen de faire évoluer notre société.  Si nous n'en changeons pas, la conclusion sera la résignation ou une révolution violente. Cet article - qui reprend celui semblable que j'écrivais il ya quelques années - devient seulement un constat plutôt qu'une prémonition - aborde la question, que je crois prioritaire, d’une nouvelle forme de gouvernance pour remplacer celle que nous avons et qui n’inspire plus confiance pour des raisons dont j’ai maintes fois traité. Bien d’autres en ont traité aussi, d’ailleurs, et je ne reprendrai donc pas pas ici cet argumentaire. Cet article étant plus dense que ceux que je publie généralement sur ce site, j’en numérote les paragraphes. Les idées des trois (3) premiers n’ont rien original. Ils ne servent que de préambule que je crois consensuel

 

1. Une société est un ensemble d’individus en interactions. L’individu en société est libre, sous réserve du respect de la liberté des autres et du pouvoir qu’il consent, de bon ou mauvais gré, à quiconque exerce une autorité sur la collectivité - tribu, clan, État… - à laquelle il appartient de fait. La gouvernance est l’expression du pouvoir de cette autorité ; elle encadre les activités de l’individu en société et fonctionne selon des règles, parfois implicites, d’ingénierie politique

2. L’« ingénierie politique » débute par l’appréhension d’une réalité sociétale et l’énoncé d’hypothèses concernant son évolution, la détermination d’objectifs pour l’orienter et l’acceptation de critères pour en juger de la valeur. Elle se poursuit par des efforts de planification et la mise en place de lois et règlements, ainsi que de mesures au besoin coercitives en assurant l’application. Son domaine est traditionnellement décrit comme celui des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

3. Les tâches d’ingénierie politique sont réparties entre décideurs et simples exécutants, les uns comme les autres pouvant être des acteurs permanents, temporaires, occasionnels, élus, nommés, co-optés, ou accédant à leur poste par droit divin ou coutumier. Ils sont identifiés par des titres reflétant parfois - mais pas toujours - leurs fonctions ou leur statut. Dans l’aire de ce qu’on peut appeler « les démocraties à l’occidentale », on a surtout : a) des ÉLUS, mandatés par le peuple pour déterminer une politique globale et donner les ordres et instructions, et b) une structure d’experts présumés compétents pour en assurer la réalisation. Nous appellerons ces derniers « les fonctionnaires ».

4. Ce modèle « à l’occidentale », pose problème. pour (2) deux raisons fondamentales. La première, est que ces mandataires se perçoivent et sont perçus comme les DÉCIDEURS ; ils usurpent ainsi la légitimité du Demos, forment un « gouvernement », en retirent un pouvoir et, étant humains cherchent à retirer de ce pouvoir tous les avantages possible. Il en résulte une corruption pratiquement universelle.

5. La deuxième est que, leur compétence étant de se faire élire, ils ne sont tenus d’en avoir aucune autre, même pas celle de choisir raisonnablement les experts qui devront faire fonctionner la société. La gouvernance est donc tout entière aux mains d’experts qui ne sont PAS élus, mais choisis selon des critères que déterminent aussi des experts.

6. On a ainsi une dictature de la compétence, conséquence de la logique même des rapports dans une societe technique complexe. Les fonctionnaires deviennent une caste incontournable et pratiquement inamovible, pouvant se permettre un favoritisme débridé qui constitue, en parallèle aux politiques une omniprésente de corruption.

7. Face à une gouvernance bicéphale – politique et tehnique – dont ni une tête ni l’autre ne veut prioritairement son bien, l’individu lambda cherche à en tirer le meilleur parti pour lui par des pressions ciblées sur la structure des décideurs et/ou celle des exécutants. Il s’y emploie en jouant de son appartenance à une myriade de réseaux d’affinité - familiaux, sociaux, religieux etc. - dont les syndicats ne sont que le meilleur exemple. 

8. Tous ces réseaux sont les outils de sa volonté de l’Individu de tricher autant que faire se peut et de biaiser en sa faveur le cours des interventions de l’État. On ne prend le parti de la « justice » que si les circonstances ont fait que la justice ait pris parti pour soi. A la volonté d’une gouvernance d’être corrompue, correspond une volonté ferme de chacun de la corrompre.

9. À Orwell, (disant essentiellement que « tous les gouvernements du monde sont en guerre contre leur propre population », ) on ne peut donc ne pas rétorquer qu’il en est bien ainsi, en effet …. mais que ce que ce sont les populations qui ont commencé…. Le conflit - inévitable - entre l’État et ses citoyens prend sa source dans l’insoumission pérenne de l’individu, qui ne se veut citoyen qu’à ses heures et à ses conditions.

10. On peut espérer que l’abondance - permettant à l’humanité le passage à un autre paradigme que celui de l’acquisition et de la possession comme seuls buts de la vie - réduira la toute puissance de la corruption… mais ce n’est pas encore chose faite. Acceptant cette réalité, ne faudrait-il pas mettre en place une gouvernance qui tienne compte du désir d’an-archie qui est à la base de l’idée de démocratie réelle ? Un idée que le novlangue bien-pensant escamote, en utilisant le concept de « démocratie représentative »… .. qui n’a évidemment rien d’une démocratie, mais en est l’antithèse

11. Comment concilier l’exigence de compétences ad hoc au sein de la gouvernance, avec celle d’une participation universelle (démocratique) à la décision que rend opportune le plaisir que prend l’individu à prétendre se gouverner lui-même et qui mène à une gouvernance plus consensuelle, plus facile et donc plus efficace ? Il faut éliminer de la démocratie toute notion de représentativité. 

12. Si on prétend qu’une décision est démocratique, elle doit avoir été prise par la majorité de ceux qu’elle concerne et ne commencer ou cesser de s’appliquer que si et quand une telle majorité en décide. Les progrès de la communication rendent facile une démocratie DIRECTE, La seule véritable démocratie.

13. Les outils sont disponibles pour des consultations universelles et a peu de frais de toute la population ou de tous les segments de cette population qu’on veut en identifier. Cette approche référendaire est la seule qui soit démocratique. Toutes les décisions qui sont aujourd’hui soumises à des instances élues doivent dorénavant l’être à ce processus référendaire.

14.Dans un régime de démocratie directe, le rôle d’un Président - élu au suffrage universel - est d’être l'INSPIRATEUR et à l’écoute de la population et, assisté des conseillers (Ministres ?) dont il choisit de s’entourer, de chapeauter un fonctionnariat qui soumettra à la population les referendums permettant que devienne loi ce que la population VEUT. Dans une démocratie, l’apparaeil de l'État propose et le peuple décide.

15. Logistique ? On accordera en principe un (1) an à une proposition, sur le site Internet de l’État créé à cette fin, pour qu’elle soit ainsi approuvée par une majorité des citoyens. On indiquera chaque jour le nombre des appuis qu’elle a cumulés : une démarche référendaire n’a pas pour but de surprendre la bonne foi des citoyens…. Un an, comme limite, mais une mesure sera approuvé dès qu’elle aura obtenu une majorité d’appuis et deviendra loi à 0h00 du jour suivant.

16. Cette tâche fondamentale du fonctionnariat de soumettre des projets de loi à la décision du peuple, ne lui est cependant pas exclusive. Tout citoyen peut proposer sur ce site Internet de l’État créé à cette fin un projet qui deviendra loi ou règlement si une majorité de la population l’approuve. On comprend, toutefois, que si les mesures proposées par les fonctionnaires et qui ont donc généralement l’aval de l’État arriveront sans peine à obtenir cet appui majoritaire (à moins que le population n’y soit opposée), il faudra une mobilisation massive pour qu’y parvienne une proposition de Quidam Lambda. C’est bien le résultat voulu : ne fermer la porte à rien… mais ne pas ouvrir un boulevard à toutes les idées saugrenues.

17. Cette démocratie directe n’est gérable que si les consultations populaires référendaires s’en tiennent a des choix BINAIRES. Cela est tout fait possibe, Il n’y a pas de question si complexe qu’elle ne puisse être scindée en sous-questions auxquelles on puisse répondre par OUI ou par NON. C’est le principe même du fonctionnement des ordinateurs… et sans doute celui lui du cerveau lui-même ! Interroger autrement serait pure manipulation. Il ne faut pas le permettre.

18. Un dernier caveat. Même directe, la démocratie exige que le peuple soit informé. Il ne faut donc pas croire que l’on réglera la question de la gouvernance, si on ne prend pas les mesures requises pour que circule une information exhaustive et totalement LIBRE. C’est la première étape…. et il ne faut pas qu’on nous le fasse oublier.

 

https://nouvellesociete.wordpress.com/2006/11/14/regie-autonome-de-linformation/

 

Pierre JC Allard


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • diogène diogène 19 juin 10:06

    On ne fera effectivement pas l’économie d’une révolution violente.


    • Croa Croa 19 juin 10:28

      À diogène,
      L’auteur a écrit « Si nous n’en changeons pas, la conclusion sera la résignation ou une révolution violente. »
      Pour ma part je crois plutôt à la résignation des gens. Une révolution est possible aussi mais peu probable, justement parce que celle-ci serait obligatoirement « violente » dans l’imaginaire collectif, ce qui fait un peu peur. C’est évidemment faux et la non-violence est la solution mais encore faudrait-il qu’une conscience révolutionnaire émerge... Il faudra attendre encore je le crains !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 16:14

      @diogène


      Ne soyez pas trop prompt au désespoir. L’empire romain a vécu des siècles de relativement agréable décadence ( pour les gagnants, bien sûr) après qu’il fut pourtant devenu évident que son modele basé sur la croissance et l’esclavage était irrémédiablement condamné. Il y est parvenu en s’en tenant simplement a la politique du pain et des jeux....  Avec le revenu garanti, en mettant l’accent sur les loisirs, et en gardant une force nucléaire et son cynisme, l’Occident peut encore espérer un déclin paisible. Ce sont mes petits–enfants qui devront apprendre a manger avec des baguettes. Pour voir le parallèle....


      PJCA


    • Vraidrapo 20 juin 11:59

      @Croa
      Effectivement, les gens ont la trouille que ça change ’trop’ pour eux.
      Un radio-trottoir à l’instant sur France-Intox, deux électeurs FN se sont abstenus au second tour depuis que la Candidate FN vient d’instiller, si maladroitement, dans son programme un peu de sortie de la Zone Euro...
      Un changement de Cap ne peut se faire sans quelques sacrifices transitoires (2 ans, 3 ans ?...). Mais, puisque nos sorts sont liés nous coulerons... avec la satisfaction d’être ensemble.
      (A quoi bon qu’Asselineau, il se décarcasse à faire des démonstrations savantes qui défrisent Patrick Cohen  !?...)


    • Croa Croa 20 juin 13:54

      À Vraidrapo,
      Il faut se méfier des micro-trottoirs : Ces rushs ont été sélectionnés au milieu d’un grand nombre d’enregistrements. En suggérant que la sortie de l’euro est dangereuse et que ce serait impopulaire la radio d’état est dans son rôle de propagandiste, voire de lobbyiste.


    • Croa Croa 19 juin 10:17

      « C’est le rejet de la democratie »
      Quelle démocratie ?


      • Leonard Leonard 19 juin 11:04

        @Croa


        Le truc idéaliste d’Athènes qu’on nous enseignait dans les cahiers XD

      • diogène diogène 19 juin 11:08

        @Croa

        Ce qu’on appelle « démocratie représentative » est une forme de parlementarisme (en république ou dans un royaume) dans laquelle la bourgeoisie (les propriétaires des moyens de production) charcutent en permanence le poids des territoires pour imposer leur politique en donnant l’illusion d’un choix.

        La dernière mouture française ajoute à cette imposture une « légitimité » qui repose sur 16,55 % du corps électoral et une complicité de seulement 38.43 % de suffrages exprimés.

        Quand il n’y aura plus que 5 % de suffrages exprimés et que 4% des inscrits voteront pour REM, Macron dira qu’il a (4% de 5%) 80% des voix ’et peut-être 99% des sièges !



      • Croa Croa 19 juin 16:01

        Merci diogène
        Et coté forme « démocratie représentative » c’est donc un oxymore ?


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 16:19

        @Croa


        « Quelle démocratie ? »  La démocratie représentative qui, formellement. n’en est évidemment pas une. Voir Castoriadis pour les détails. Je pense que nous sommes d’accord.

        PJCA

      • Giordano Bruno 19 juin 10:34

        Je ne suis pas d’accord avec tout, loin s’en faut. Mais l’article est de qualité et élève le débat. J’ai donc voté 5 étoiles.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 16:28

          @Giordano Bruno


          « Je ne suis pas d’accord avec tout, loin s’en faut. » 

          Le système nous enverra donc tous deux au bucher, mais en deux fournées..... 

          P.S Merci pour les étoiles. ....


          PJCA







        • Croa Croa 19 juin 10:37

          Cet article ne nous dit rien. C’est totalement hermétique mais à mon avis c’est l’auteur qui n’a rien comprit d’autant que l’on recherchera vainement quelques clefs dans ce texte.
          Heureusement qu’il existe d’autres rapports sur notre non-démocratie proposant de vrais alternatives, voir les conférences d’Étienne Chouard par exemple.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 16:47

            @Croa

            Je vous prie de m’excuser. J’ai beaucoup écrit sur la nécessité d’une démocratie directe pour remplacer une démocratie représentative et il est possible que je sois tombé dans le piège de traiter comme connu ce que j’ai seulement répété. Je n’ai pas explicité suffisamment ici le concept que je propose, qui est que TOUTES les lois soient approuvées par referendum, une procedure que l’essor des communications rend désormais possible. Je vais essayer d’apporter des correctifs, et surtout de répondre clairement à toute question qui me serait posée.

            PJCA




          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 16:55

            @Croa



            Addendum. Je crois qu’il est utile de voir à quel point il serait facile et peu couteux de soummettre l’adoption des lois à une procédure référendaire.



            PJCA










          • Macondo Macondo 19 juin 10:59

            Mirbeau moqué, Mirbeau oublié, puis Mirbeau copié-collé (depuis 15 piges sur toutes les toiles alternatives), enfin Mirbeau vainqueur incontesté, fusse un bon siècle plus tard. Alors chapeau bas, Octave ! Les générations futures reconnaissantes ...


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 20:00

              @Macondo


              J’aime d’autant plus votre référence à Mirbeau, que j’ai dit que la domesticité serait la catégorie professionnelle là plus créatrice d’emploi des deux ou trois prochaines décennies....et que, jusqu’a présent, la ruée de ceux qui le répéteront ne s’est pas encore manifestée.... :–))

              PJCA

            • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 20 juin 00:05

              @Pierre JC Allard

              Et patatra ! Votre article démarre très bien en mettant en lumière les irrémédiables carences de la démocratie participative (au cercueil duquel la trahison de Hollande a enfoncé le dernier clou). Et puis PAF ! On retombe sur les éternelles références à l’anarchisme qui discréditent le mandat impératif aux yeux de 99% des potentiels lecteurs.

              Je me permets de placer mon commentaire derrière votre réponse car si la lecture du texte permet effectivement de dessiner une solution qui tend vers l’anarchisme, ça n’est pas tout à fait clairement spécifié. Avec cette référence directe à Mirbeau, ça devient en revanche tout de suite explicite.

              Je vous avoue que je ne comprends pas cette obstination « jusqu’au-boutiste » de vouloir convaincre du bien-fondé de l’anarchie dans son ensemble. Ce n’est pas un jugement de ma part mais objectivement, en 2017, l’anarchie est un repoussoir. Elle fait peur et pas un seul français n’irait voter pour un programme s’y revendiquant.

              En revanche, le mandat impératif est une nécessité. C’est peut-être même la première étape vers un sauvetage de la démocratie et j’y vois un terrible sabotage que de l’associer encore et toujours aux thèses anarchistes. En les associant vous les condamnez tous les deux. Alors qu’à l’heure de l’abstention de masse, de la défiance envers « les élites » et de la menace du vote obligatoire, le mandat impératif peut être le consensus providentiel. « Vous voulez nous obligez à aller voter ? OK, mais alors on vous obligera à tenir vos engagements. » Il y a un écho à cette tendance dans la population avec notamment la proposition de révocation des élus par Mélenchon qui était l’une des mesures les plus appréciées. Or de la révocation des élus au mandat impératif, il n’y a qu’un pas.

              Mais au lieu de jouer la carte du consensus autour de cette mesure forte qui peut fédérer un très grand pan de l’électorat, vous allez beaucoup trop loin dans vos propositions et vous ne convaincrez pas sur les derniers points de votre schéma. Et c’est peut-être là le pire biais de tous les courants de contestation au néo-libéralisme. Chaque groupe veut imposer au monde son idéal pour la semaine prochaine quand les minarchistes avancent depuis 40 ans à pas feutrés nous infligeant petites défaites sur petites défaites. Ici une privatisation, là une « libéralisation » du travail. Sur le moment c’est quasiment indolore mais regardez les dégâts au bout de plusieurs décennies d’escroquerie.

              La lecture d’un texte tel que le votre et comme il y en a beaucoup sur AV m’émerveille autant qu’elle m’attriste. Quelle chance de voir qu’il y a encore une réflexion de ce niveau dans la base citoyenne ! Quel potentiel a encore ce pays ! Quel espoir ce serait si toute cette contestation pouvait se fédérer ! Mais quel empressement... Quel dogmatisme... Quel sectarisme aussi parfois... Bref, je vais souvent me coucher plus triste qu’émerveillé. Nous sommes tristement cons et nos adversaires décidément beaucoup trop forts.

              Bonne nuit quand même. smiley


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 juin 01:32

              @Citrik_Elektrik


              «  Je ne comprends pas cette obstination « jusqu’au-boutiste » de vouloir convaincre du bien-fondé de l’anarchie dans son ensemble. » 

               Vous vous méprennez en voyant en moi un anarchiste. Il est vrai que j’ai déjà écrit que le situation actuelle semblait ne laisser le choix qu’entre le fascisme et l’anarchie et que. face a ce dilemme. je préférais. en mettre un peu dans le plateau de l« anarchie. mais, le fléau ramené au centre. c’est une démocratie contractuelle que je souhaite et soud nous rejoignons sur la notion de mandat impératif. Voyez le texte que avais présenté en Commission Parlementaire au Canada au nom de l’Association pour la DC.

              Cet extrait en résume le concept :

               » Le mandat de représentation que confie la population à son gouvernement élu doit avoir la forme et la valeur d’un CONTRAT. L’élection du gouvernement doit être un « contrat de gouvernement », conclu entre la population et un parti politique (...) dont programme doit devenir le projet de contrat. Le programme d’un parti politique, c’est une offre de services que ce parti fait à la population. Il ne se limite pas à indiquer les buts et objectifs qui, si ce parti est élu, deviendront ceux du gouvernement pour la durée de son mandat ; il doit décrire aussi les lois que le parti entend faire adopter, les projets qu’il veut entreprendre, leur délai d’exécution et leur enveloppe budgétaire, les mesures fiscales qu’il appliquera, de même que ses politiques de santé, d’éducation, de développement commercial et scientifique, etc « .... (...)  Le Premier Ministre a le mandat impératif d’accomplir le programme sur la foi duquel son parti a été élu. Si le gouvernement (le Premier Ministre) ne respecte pas ses engagements, il doit être immédiatement démis de ses fonctions » .

              https://nouvellesociete.wordpress.com/2007/06/17/memoire-aux-etats-generaux/

              PJCA


            • Orageux / Maxim Orageux / Maxim 19 juin 12:35

              J’aurai du proposer ma candidature ....15000 € mensuels , bagnole et chauffeur, bar ouvert , salons dorés , sièges un peu fatigués certes, mais pour faire la sieste entre deux votes....

              J’ai toujours un train de retard pour les bonnes occases !!! smiley


              • Croa Croa 19 juin 16:11

                À Orageux / Maxim,
                Prêt à trahir ton peuple, tes amis et l’intérêt général ?
                .
                Si oui effectivement t’as perdu une bonne occase !


              • PiXels PiXels 19 juin 18:13

                @Croa
                .

                Comme d’hab d’accord avec à peu près tous vos coms.

                « Prêt à trahir ton peuple, tes amis et l’intérêt général ? »

                En même temps il suffit d’ouvrir un peu les yeux et d’être doté de trois neurones pour comprendre LE « modèle » de société qu’ILS nous ont fabiqué !

                Je ne prends qu’un exemple.

                Aujourd’hui en zone urbaine plus d’un mariage sur deux débouche sur un divorce.
                C’est devenu « normal » (la norme exposée et vantée par les stars du show-biz !)

                Dans la majorité des cas ça fait suite à la « trahison » (cocufiage ?) d’un des conjoints.

                Et celui-là ne s’occupe guère de « l’intérêt général » de la famille (les enfants dont tous les pédiatres honnêtes reconnaissent les risques psychologiques importants que provoque sur eux un divorce)

                Alors, la trahison « du peuple » (de vulgaires inconnus) ou la notion « d’intérêt général », beaucoup en ont plein la bouche, mais.... !!!

              • berry 19 juin 20:10

                @Orageux / Maxim
                Et pourquoi pas un escroc pour représenter tout ce beau monde à l’Assemblée...
                C’est pas une blague, Macron vient de demander à Richard Ferrand de prendre la présidence du groupe En Marche.
                Faut pas se gêner, les couillons d’électeurs du Finistère l’ont élu triomphalement.
                 
                Pendant qu’on y est, pourquoi ne pas mettre la chance pour la France Anissa Khedher à la vice-présidence pour relever le niveau intellectuel ?
                https://www.egaliteetreconciliation.fr/Et-ca-va-sieger-a-l-Assemblee-46264.html

                Quand on a l’ensemble des médias du pays dans sa poche, tout est possible.


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 20:23

                @PiXels


                « Aujourd’hui en zone urbaine plus d’un mariage sur deux débouche sur un divorce.
                C’est devenu « normal » » 

                OUI. On peut le regretter, mais il ne faut pas confondre ce qu’on souhaiterait avec ce qui est, surtout quand il s’agit de de la moralité publique. Le mariage est en voie de disparition accéléré. Parallèlement, une large majorité des enfants aujourd’hui au Québec naissent hors de liens du mariage...., avec l’avantage au moins d’avoir fait disparaitre tout ostracisme !


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 juin 13:03

                «  »C’est le rejet de la democratie que nous avons comme comme moyen de faire évoluer notre société. Si nous n’en changeons pas, la conclusion sera la résignation ou une révolution violente.«  »


                Et la démocratie est ce que j’avais dit dans mes écrits depuis 2001 à ce jour ! Plus les politiciens, les scientifiques et les historiens français dissimulent et cachent mes écrits et plus la malédiction va frapper ! 

                Tout est dit ici : - « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE » 2001

                               - « SYNTHÈSE DES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES » 2003

                Ni les individus, ni les pays ne peuvent s’opposer frontalement la Vérité et à la Justice ! 

                L’incommensurable désinformation produite ces dernières années empêchera le monde de se stabiliser et provoquera des remous et certainement des dégâts pendant de longs siècles ! 

                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 17:04

                  @Mohammed MADJOUR


                  La désinformation a toujours été là.  C’est la transparence inédite qui est à tout champarder !

                • Le Panda Le Panda 19 juin 17:35

                  @Pierre JC Allard
                  Bonjour

                  J’ai lu ton article en modération je l’ai approuvé avec commentaires, je viens te saluer pour savoir à quant notre prochain Skype Cher Ami nous ne sommes pas vu depuis un bon... moment. Donnes moi surtout des nouvelles de ta santé et je constate que tu n’as rien perdu de ta virulence.

                  La désinformation ce sont les non électeurs qui l’ont faite et je pense que si j’ai le plaisir de te lire soi sur mon article ici présent où sur le prochain tu comprendras que nous avons une parade de notre Constitution pour empêcher ce genre j’échange avec toi de la même façon que lorsque nous nous sommes vu, que lorsque nous passons parfois des heures à parler en d’autres lieux. Je t’adresse mes plus sincères amitiés.

                  Ton Ami Le Panda Patrick Juan


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 20:30

                  @Le Panda

                  Arriverai bien un jour en Auvergne sans crier gare.... En attendant, je publierai d’ici quelques jours un article qui t’étonnera en soulignant que l"élection de Macron va remettre a jour les loyautés de classe en France, introduisant un clivage plus conforme a la réalité socioéconomique actuelle... :–)

                  PJCA


                • Le Panda Le Panda 20 juin 09:07

                  @Pierre JC Allard
                  Tu seras toujours le bienvenu, comme lorsque nous nous sommes déjà rencontré, j’attends ton article et nous reparlerons, mais je travaille actuellement sur un sujet similaire à ce dont tu me fais part.

                  J’irai te chercher à la gare où à l’aéroport, je t’offre même le billet et tu auras ta chambre et la table et quelques gouttes de ma cave, un chauffeur toutes mes amities

                  Patrick Juan


                • flourens flourens 19 juin 14:35

                  « la politique est l’art d’écorcher le peuple sans le faire crier » Elisée Reclus
                  ce qui prouve que Macron et ses pieds nickelés sont au dela d’artistes comme Da Vinci, Mozart ou encore Rodin, chapeau l’artiste


                  • Plus robert que Redford 19 juin 16:12

                    « Dans une démocratie, l’apparaeil de l’État propose et le peuple décide. »

                    Vous n’imaginez pas l’effet dévastateur du référendum de 2005 chez nous, puis aux pays bas, et récemment celui d’initiative populaire chez les Bataves ayant, toutes conditions réglementaires ayant été remplies, refusé l’accord européen concernant l’Ukraine, sur des populations qui croyaient encore (un peu...) à la démocratie !!?

                    Pas la peine de donner son avis, surtout si on vous le demande, puisque les « gouvernants » s’assoiront dessus, ou s’en serviront de torche-cul...

                    En conséquence, pourquoi aller voter ???


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 20:38

                      @Plus robert que Redford



                      « Pourquoi aller voter ??? »

                      Parce que,contrairemnet a la rumeur, les vrais décideurs accordent le plus grand intért aux opinions de la population et s’efforcent de satisfair la demande populaire ... en tout ce qui n’est pas incompâtible avec l’intérêt de la classe dirigeante. Les élections americaines sont en fait un long sondage, a partir duquel les politiques à appliquer sont établies.

                      PJCA

                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 20:44

                      @Pierre JC Allard


                       Pour préciser mon commentaire précédent alludant a la politique aux USA

                      PJCA



                    • Vraidrapo 20 juin 08:40

                      @Pierre JC Allard
                      « ...en tout ce qui n’est pas incompatible avec l’intérêt de la classe dirigeante... »
                      On avait compris.
                      Mais, que reste-t-il une fois l’Oligarchie servie ? C’est qu’ils sont insatiables les Bougres.
                      Quand ça gueule un peu fort : « déshabiller Pierre pour habiller P.... » mais les affaires continuent dans l’ombre : Françafrique, paradis, retrocom etc...


                    • JL JL 20 juin 09:06

                      @Vraidrapo,

                       
                       @ PJCA : ’’alludant’’, c’est un néologisme ?
                       

                      @Vraidrapo,
                       
                      ’’ils sont insatiables les Bougres.’’
                       
                      non seulement ils sont insatiables, mais en plus, il se comptent par centaines de millions, ceux qui ne demandent qu’à accéder au rang d’oligarques, même si c’est en gagnant au Loto.

                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 juin 16:03

                      @JL


                      « alludant’’, c’est un néologisme ? »


                      Vérification faite, il semble que cet anglicisme viendrait du français et qu’il y serait devenu désuet. Peut–être une forme d’hypocrisie à laquelle nous aurions renoncé et à laquelle les anglos seraient restés attachés ;–)

                      PJCA

                    • jobmoro 19 juin 16:15

                      Bonjour à tousBravo pour cent belle réflexion...

                      La suite concrète et pragmatique serait, sera possible quand les citoyens pourront ELIMINER les prétendants aux pouvoirs par représentation, c’est à dire quand le vote majoritaire sera celui de la semaine dernière : abstention, vote blanc vote nul + de 50%.
                      Il faudra déterminer le seuil d’abstentions involontaires ou systématiques à une valeur très basse (4 - 5 %) afin de solliciter le vote blanc comme véritable moyen citoyen de décision et de réponse à une consultation...
                      Le seuil minimum du vote blanc, éliminatoire de tous les candidats, pourrait se situer autour de 30% 35%... qui annulerait automatiquement les résultats et réclamerait de nouveaux candidats, puisque la première fournée serait déclarée « éliminée ». 
                      Petit rappel : le mandat unique est aussi indispensable afin d’éliminer la corruption au maximum... dès lors l’élu ne passerait plus son temps ni ne dépenserait plus notre argent et son énergie à se faire réélire... 
                      Avec près de 40 000 000 de citoyens électeurs, il ne sera pas difficile de trouver le nombre d’élus nécessaires à un mandat, quel qu’il soit... faites le calcul, ça nous donne des siècles avant que tous les citoyens exercent un mandat durant leur vie !!!!!
                      ciao !        le vieux de 74 ans.

                      • maQiavel maQiavel 19 juin 16:26

                        Merci pour l’article.


                        • Xenozoid Xenozoid 19 juin 16:41

                          well,mais c’est un oxymore,les internautes qui me suivent savent ce que j’en pense

                          je ne suis par surpris,je suis simplement surpris que certains le sont encore,mais la propagande aidant.....les juges et les bourreaux et autre huissiers ,le systeme ne pourra pas faire mieux,on vit une époque formidable,sur la question du pouvoir

                          bien a toi

                          • Xenozoid Xenozoid 19 juin 16:49

                            @Xenozoid

                            « la democratie a pour principe d’élever le prolétaire au niveau de bêtises du bourgeois »,c’était un écrivain français qui disait ça a george sand , si ma mémoire est bonne au moment de la commune

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès